webleads-tracker

Date

18 avril 2023

Catégorie

Recrutement tech

Licenciements dans le monde de la tech : stop ou encore ?

Licenciements dans le monde de la tech : stop ou encore ?

 

Une nouvelle ère est née. Ce monde de la tech qui ne licenciait pas, qui ne connaîssait pas des économies de coûts, des baisses de budget, ce monde qui jouissait d’une croissance à deux chiffres, a radicalement changé de visage. Malgré le fait que les licenciements dans le monde de la tech soient souvent controversés car ces entreprises sont considérées comme des pionnières de l'innovation et de la croissance économique, ils s’avèrent parfois nécessaires afin de permettre aux entreprises de survivre et de prospérer sur le long terme. Finalement, la clé pour les entreprises de la tech réside dans le maintien d’un équilibre entre la croissance rapide et la viabilité financière, tout en prenant soin des salariés et en répondant aux défis économiques. 

 

Un changement d’époque

La fin de l'année 2022 a marqué un effondrement économique dans l'industrie technologique, après une année 2021 et un début d'année 2022 exceptionnels. En seulement deux ans, il semble que l'on ait changé d'époque. En 2022, les GAFAM ont connu un changement de régime, mais il convient de distinguer les deux types d'entreprises : celles qui se concentrent principalement sur la publicité, comme Google et Amazon, et celles qui se distinguent par leurs services B to B, telles qu'Apple et Microsoft. Ces dernières ne souffrent pas autant de la crise, contrairement aux premières qui sont confrontées à des licenciements massifs et à une baisse significative de leur rentabilité.

Le chiffre à retenir : Sur l’année 2022, toutes ces entreprises ont souffert d'une baisse de capitalisation cumulée de 2500 milliards de dollars. Un chiffre comparable à une année de dettes en France, couplée de  licenciements.

Les valorisations boursières des GAFA ont connu une baisse significative, allant de 25 à 65%, ce qui a entraîné des licenciements massifs au sein de ces entreprises. Meta et Twitter ont ainsi licencié près de 10 000 salariés. Cette situation ne se limite pas aux cinq géants de la tech, puisqu'on estime que plus de 76 000 personnes ont perdu leur emploi dans ce secteur aux États-Unis depuis le début de l'année 2022, soit environ 13% des effectifs chez Meta et 10 000 salariés chez Amazon. Ces géants de la tech, qui avaient l'habitude de recruter massivement chaque mois et chaque année, doivent désormais faire face à une phase de dégraissage.

 

Malgré les licenciements massifs, les GAFAM continuent de croître, mais sont marqués par une baisse significative de leur chiffre d'affaires, notamment chez Meta, dont les revenus ont chuté de 4% et les bénéfices opérationnels de 46%. Ce problème résulte de l'euphorie post-COVID au sein de ces géants de la tech, qui ont créé plus de 800 000 postes, notamment chez Amazon entre 2020 et 2021. Cependant, la transition vers un monde du tout numérique n'a pas eu lieu et les acteurs de la tech sont toujours omnicanal.

Le télétravail n'est pas devenu la norme, comme certains pouvaient le penser, les employés sont revenus dans les bureaux, les open spaces sont à nouveau peuplés, et les salariés déjeunent dans font leurs achats dans des boutiques physiques. Par conséquent, le choix de l'e-commerce est moins fréquent qu'au plus fort de la pandémie. Des entreprises comme Amazon avaient envisagé une bascule définitive vers l'e-commerce, mais cela ne s'est pas produit. Le monde d'après ressemble finalement beaucoup au monde d'avant, malgré les prévisions optimistes.

 

Un excès de confiance généralisé pour les entreprises de la tech

Les GAFA ont fait preuve d'un excès de confiance en anticipant un monde 100% numérique, mais ils ont été contraints de faire face à la réalité. Les conséquences de l'inflation, de la récession et des craintes ont également affecté les résultats financiers de certains d'entre eux. Post-COVID, par exemple, les abonnements aux plateformes ont été remis en question par les consommateurs qui ont fait le tri parmi leurs dépenses. Face à ces défis, des licenciements massifs ont été opérés chez des géants tels que Meta et Twitter, avec plus de 76 000 personnes ayant perdu leur emploi dans le secteur de la tech aux États-Unis depuis le début de l'année 2022.

Cependant, Apple fait exception à cette tendance. Bien que l'entreprise ait également été touchée par le retournement de la conjoncture, elle présente un chiffre d'affaires phénoménal de 394 milliards de dollars, ce qui la place au-dessus de nombreux États nationaux en termes de puissance financière. Néanmoins, même Apple prévoit de moins recruter l'année prochaine et a dû licencier une centaine de personnes dans son service RH pour s'adapter aux changements économiques en cours. Les GAFA doivent maintenant revoir leur stratégie et s'adapter à un monde qui, malgré la pandémie, n'a pas totalement basculé dans le tout numérique.

 

Les nouveaux géants de la tech ?

Les plateformes TikTok et Netflix poussent les réseaux sociaux à se livrer une compétition féroce, une rivalité à la fois saine et destructrice pour certaines activités. Avec son format vidéo très court, TikTok modifie structurellement la donne chez Instagram, poussant les autres réseaux sociaux classiques à s'adapter pour toucher un public omnibulé par l'éphémère. Cette concurrence crée des changements significatifs dans un univers relativement récent, qui n'existe que depuis une décennie. Contrairement à des secteurs plus traditionnels comme l'agroalimentaire, où l'on peut observer un retard d'un siècle, le monde de la tech se caractérise par une croissance exponentielle, mais également par des stagnations et, pour certains acteurs, une première décroissance. On observe que dans ce secteur en constante évolution, tout se voit multiplié et aggravé.

En quelques mois seulement, ChatGPT, le robot conversationnel développé par la startup américaine OpenAI, est devenu le chouchou des patrons.Une récente étude menée aux États-Unis a révélé que ChatGPT est déjà largement adopté dans le milieu professionnel. En effet, sur les 1 000 dirigeants d’entreprises interrogés en février, 49% d’entre eux ont déclaré utiliser ChatGPT, tandis que 30% envisagent de l'adopter dans les mois à venir. Il semble que cet outil d'intelligence artificielle soit en train de révolutionner la façon dont les entreprises travaillent et interagissent avec leurs employés. Selon les résultats d'une étude menée auprès de 1000 dirigeants d'entreprises aux États-Unis en février dernier, il apparaît que près de la moitié des entreprises ayant adopté ChatGPT ont déjà pu remplacer des salariés grâce à ce robot conversationnel. Ce chiffre pourrait encore augmenter, puisque 33% des chefs d'entreprise interrogés estiment qu'il est "certain" que ChatGPT entraînera des licenciements d'ici la fin de 2023, tandis que 26% jugent que cela est "probable". Il semblerait donc que l'adoption de ChatGPT par les entreprises, en dépit des avantages que cette technologie peut offrir, ne soit pas sans conséquence pour les employés, qui risquent d'être remplacés par des machines.

 

Malgré la vague de licenciements massifs que le monde de la tech a essuyé, le 2023 marque un léger rebond. En effet, le marché au global a déjà bien corrigé les valeurs des entreprises tech l'année dernière et se montre plutôt indulgent en ce premier trimestre.

 

Pour aller plus loin : 

Date

18 avril 2023

Rédigé par
Emilia Cassagne
Emilia Cassagne
Partager