webleads-tracker

Date

30 mai 2022

Catégorie

Nos conseils en recrutement

Ghosting, no show dans le recrutement : quand les candidats se font désirer

Ghosting, no show dans le recrutement : quand les candidats se font désirer

Le ghosting candidat ou le fait de ne plus donner signe de vie au recruteur : signe d’une ultra-sollicitation ou de la fin d’une certaine politesse ? Plus de 8 employeurs sur 10 ont déjà vécu le phénomène. Nos pistes pour ne plus risquer d’être laissé en plan. 

Le ghosting est l’acte de mettre fin à une relation avec une personne sans avertissement en faisant fi de toutes les tentatives de communication de cette personne.

Concrètement, vous craquez sur une personne, vous la rencontrez, vous échangez, vous vous promettez de vous revoir et… Votre histoire se termine là. L’élu de votre cœur ne répond plus à vos messages. Il choisit de ne plus vous donner signe de vie. Le phénomène est classique en matière de relations amoureuses. Il est de plus en plus fréquent dans le recrutement. 

Le ghosting, un phénomène de plus en répandu

Chez les recruteurs… 

Les candidats déploraient jusqu’alors le manque de réactivité, voire l’absence de réponses des recruteurs. Certains recruteurs pratiquaient en effet le ghosting à loisir, par manque d’outils et de méthodes dans leur processus de recrutement. Ou par méconnaissance ou désinvolture vis-à-vis de leur marque employeur. 

Et de plus en plus chez les candidats

Sur un marché de l’emploi qui leur est favorable, il semblerait que la revanche des candidats ait sonné. Sur certains bassins d’emploi et fonctions, les candidats sont moins nombreux que les offres à pourvoir. C’est aux entreprises de déployer les grands moyens pour séduire. Les candidats, recevant pour certains plusieurs propositions de poste par semaine, peuvent se permettre de faire la fine bouche. Certains peuvent dire oui à deux postes en même temps, quitte à en laisser un sur le carreau sans fournir d’explication. C’est la loi du plus offrant, en termes d’intérêt financier comme de missions. 

Le ghosting touche les métiers convoités de la tech

Le phénomène du ghosting n’était pas nouveau dans les métiers dits précaires ou difficiles, tels que l’hôtellerie-restauration, les call-centers et les usines. Il touche dorénavant les cadres et les postes d’experts très convoités. C’est particulièrement le cas pour les métiers de la tech où la demande est supérieure à l’offre, par exemple pour les métiers de data-scientists et de développeurs. 

Selon une étude Indeed USA datée de 2019, 83 % des recruteurs se sont déjà fait ghoster. La tendance au ghosting est particulièrement prégnante chez les profils junior (25-34 ans). Les adeptes du zapping nouvelle génération sont plus enclins à jouer les fantômes, d’autant qu’avec la digitalisation du recrutement, un clic suffit pour candidater chez plusieurs entreprises et de se laisser séduire par la plus offrante. 

C’est une situation frustrante pour les recruteurs. Une situation à forts enjeux financiers et humains. 

Le pourquoi du comment du ghosting candidat

Les explications de ce phénomène de ghosting sont multiples. Un candidat a beaucoup de raisons de ghoster ne serait-ce déjà parce que rien n’est fait pour l’en dissuader. Le rapport de force sur le marché du travail est inversé et ghoster n’a pas de réelles conséquences pour le candidat.

Les raisons des candidats fantômes : être séduit par une mission qui fait sens pour eux 

Une première raison évidente est que la proposition que vous leur avez faite ne les a pas suffisamment séduits. Elle les a en tout cas moins séduits que celle d’une autre entreprise. 

Le job que vous leur proposez, la mission et/ou d’autres aspects inhérents, ne font pas suffisamment écho chez eux. Cela peut être parce que le salaire que vous leur proposez est en deçà des standards du marché ou de leurs attentes. Les candidats peuvent également estimer que les autres avantages ne sont pas suffisants. La localisation et l’environnement de travail ne les stimulent peut-être pas outre mesure.

De manière plus globale, les candidats accordent une grande importance au sens de leur mission. Les millenials et professionnels de la tech de tout âge cherchent à travailler pour une entreprise ayant su développer une culture en adéquation avec leurs valeurs. 

D’où l’importance du culture fit dans le recrutement. Il s’agit de s’assurer que candidat et entreprise partagent un socle de fondamentaux, des valeurs ou une vision du travail commune. Cela vous permet de vous assurer que l’environnement de travail que vous proposez sera adapté aux attentes du candidat. C’est l’assurance d’un collaborateur plus performant, qui s’épanouira davantage chez vous, et restera ainsi plus longtemps. 

Découvrez notre outil de mesure du culture fit

D’autres raisons plus profondes : un souci de communication ou un processus de recrutement trop long

  • L’absence de réponse est en soi une réponse… Comme pour les relations sur sites de rencontre, le candidat ghosteur estime qu’il n’a pas tissé un lien suffisamment engageant avec vous pour vous devoir quelque chose : en l’occurrence une explication. 
  • Un candidat peut alors éprouver un certain malaise à vous dire qu’il n’est pas ou plus intéressé. C’est une réalité : beaucoup, dans tous les aspects de leur vie professionnelle ou privée, ne savent pas dire non. Il leur paraît plus simple de disparaître que de s’exprimer, d’autant que cela signifie souvent avoir à verbaliser les raisons de leur choix. Choix qui peut pour certains ne pas être clair, même pour eux. Disons que le candidat a eu une intuition… et craint d’être maladroit en vous l’exprimant. Le candidat ne sait pas quoi faire et disparait alors, tout simplement. 
  • Il n’a pas le temps de vous répondre. Certains “candidats divas” sont extrêmement sollicités. Ils reçoivent de nombreuses offres en très peu de temps, et ne prennent donc plus la peine de répondre à tous les recruteurs. 
  • Votre processus de recrutement est trop long. Si votre process de recrutement nécessite plusieurs interlocuteurs, des tests et différentes étapes de validation, votre perle rare pourrait  décrocher. Vous l’aviez peut-être appâté… Mais votre concurrent lui a donné sa réponse plus rapidement. 

A quel moment du processus de recrutement le ghosting apparaît-il ?

Le ghosting prend presque toujours le recruteur par surprise. Il peut pointer le bout de son nez à différents moments du processus de recrutement. 

N’importe quelle petite friction dans les rouages peut faire disparaître votre talent potentiel

Toujours selon la même étude, 50 % de ne sont pas présentés à l’entretien d’embauche prévu ; 46 % ont cessé de répondre aux recruteurs ou managers ; 22 % ont accepté l’offre d’embauche mais ne se sont pas présentés le premier jour de travail ; 19 % ont accepté une offre verbale mais n’ont jamais signé le contrat d’embauche. 

Le no show : le phénomène le plus répandu 

Le no show, utilisé dans le monde hôtelier pour désigner le fait qu’un client ne s’est pas présenté le jour d’arrivée prévu, s’introduit dans le recrutement. Il peut se traduire par « une absence non motivée » d’un candidat omettant de se présenter à l’entretien ou lors du premier jour de son contrat, même s’il l’a signé. 

Comment éviter de se faire ghoster par les candidats ?  

Le ghosting n’est pas une fatalité. Certaines actions peuvent être mises en place pour limiter les risques de ghosting de la part des candidats.

Plus de transparence et de réactivité avec le candidat 

Que votre expérience candidat soit la plus transparente possible. Recruteurs, détaillez au maximum les différentes étapes de votre processus de recrutement (pré-qualification téléphonique, entretiens, tests…), la fiche de poste, la durée et le nombre d’entretiens, les personnes rencontrées, etc. Les candidats veulent savoir à quoi s’attendre, afin de mieux se préparer notamment, ainsi qu’avoir toutes les cartes en main dans leur décision entre plusieurs propositions d’emploi éventuelles. 

Il convient en outre d’être particulièrement transparent sur les dates des futurs entretiens et de communiquer rapidement si un imprévu vous empêche de tenir vos engagements de délais.

Plus un processus de recrutement est court, plus il est efficace. Prêtez attention à programmer vos dates d’entretien à échéance la plus brève possible. Plus vous tardez, plus votre taux de no show devient exponentiel.

Entretenez votre marque employeur 

Donnez la meilleure première impression possible. Votre opération séduction vous impose d’être convaincant afin que le candidat n’ait pas envie d’aller voir ailleurs. Cela signifie en l’occurrence de soigner votre offre, ainsi que toute votre communication RH, d’indiquer précisément les valeurs de votre entreprise afin d’attirer les profils qui vous ressemblent. Un candidat aligné avec votre culture d’entreprise sera moins enclin à prendre le large. 

Prêtez attention aux signes de futur ghosting, rectifiez

Attention, ghosting en cours si le temps de réponse de votre candidat s’allonge, si le ton change ou se fait plus énigmatique. En l’absence de premières réponses, vous pouvez clarifier avec le candidat en lui laissant un message avec une date ultimatum au-delà de laquelle sa candidature sera considérée comme obsolète pour le poste convoité. 

Mesurer au moyen d’une enquête satisfaction candidat, de même qu’analyser ce qu’on dit de vous sur la toile en particulier sur des sites d’avis tels que Glassdoor, vous permet assurément de rectifier finement les points de friction de votre expérience candidat et obtenir le meilleur engagement possible dès le départ. 

Vous souhaitez être accompagnés sur le design de vos process de recrutement ? L’équipe GetPro se tient à votre disposition.

Date

30 mai 2022

Tags
Rédigé par
Thomas Motti
Thomas Motti

Partager