webleads-tracker

Date

29 septembre 2022

Catégorie

Nos conseils en recrutement

Les mad skills, qu’est-ce que c’est ?

<strong>Les mad skills, qu’est-ce que c’est ?</strong>

Les recruteurs ne se concentrent plus uniquement sur les compétences techniques et professionnelles des candidats. Depuis quelques années, les soft skills, les compétences comportementales telles que l’autonomie, l’adaptabilité, sont devenues incontournables. Mais ce n’est pas tout. Désormais, les mad skills ou « compétences folles » sont de plus en plus recherchées. Que se cache derrière ce concept ?  Comment un candidat peut-il en faire une force et  les valoriser en entretien ? En quoi sont-elles intéressantes pour les entreprises ? 

Les mad skills, c’est quoi ?

Les mad skills sont littéralement des « compétences folles » ou autrement dit des talents hors du commun, rares, atypiques que peut présenter un individu. Le concept, directement venu de l’univers des startups de la Silicon Valley, il fait référence à des profils très recherchés affichant un esprit décalé, original, singulier. 

Ces compétences remarquables peuvent être acquises par la pratique d’un sport, d’une activité créative ou associative. Attention, il ne s’agit pas ici d’un hobby du candidat, mais d’une vraie passion. Elles sont sources d’énergie et d’inspiration. Il est possible aussi d’en développer via une expérience vécue particulièrement forte telle qu’une expatriation.

En France, on voit apparaître la prise en compte des mad skills dans les processus de recrutement à partir de 2019. Elles ont pris de plus en plus d’importance depuis l’épidémie de COVID-19 qui a largement bouleversé le monde du travail.  

Dans quels contextes développe-t-on des mad skills ?

Voici une liste non exhaustive de contextes dans lesquels il n’est pas rare de voir éclore des mad skills, recherchées chez les candidats par les cabinets de recrutement et les RH. Elles sont traduites en qualités et en aptitudes utiles au travail. 

Le sport

Selon le sport pratiqué, le talent peut faire preuve d’un fort esprit d’équipe, de solidarité, mais aussi de détermination, de remise en question et avoir le goût pour la compétition. Si le candidat est coach ou entraîneur, il développe des qualités de leadership.

Une activité créative et culturelle

L’investissement dans les arts plastiques, la musique, l’expertise dans un domaine culturel permet de développer de nombreuses qualités. Un chef d’orchestre sait par exemple gérer l’intelligence collective, un choriste développe un sens aigu de l’écoute au sein d’un groupe, etc.

Ces profils sont très souvent passionnés, inventifs, sensibles et curieux. Ils ont des idées et savent innover.

Le bénévolat

Donner de son temps dans une association depuis plusieurs années, participer à des actions de bénévolat démontre également de belles capacités d’engagement, d’investissement, d’altruisme, de compassion et de solidarité.

Les nouvelles technologies

Posséder des connaissances approfondies sur la Tech est un réel plus. Il est synonyme de curiosité, mais aussi d’esprit d’innovation. Le candidat féru de nouvelles technologies peut avoir créé par exemple un logiciel libre, coder pendant des heures, avoir de nombreux abonnés sur les réseaux sociaux, ou encore s’investir dans la cryptomonnaie.

Après un échec

La notion de résilience, d’adaptabilité est très importante dans la période actuelle de crise et de changements accélérés. Comprendre ce qui n’a pas fonctionné dans un projet professionnel et en tirer des enseignements est très apprécié des recruteurs, surtout dans l’univers des startups. 

Pourquoi valoriser ses mad skills ?

Plutôt que de faire figurer ses mad skills dans la rubrique fourre-tout des hobbies de son CV, il est fortement conseillé de les mettre en valeur afin de se distinguer lors d’un recrutement. Les mettre en avant c’est en dire plus sur sa personnalité, sur ses points forts et atouts. Les entreprises y sont de plus en plus sensibles. En effet, si elles basent toujours leurs recherches sur les compétences techniques et les soft skills, elles recrutent aussi davantage de profils atypiques.
Pourquoi sont-ils appréciés ?

Une source d’innovation et de progrès

Les profils présentant des mad skills sont vecteurs d’innovation et de compétitivité. Ils sont plus enclins à sortir des rails et à porter des initiatives inédites. Pas étonnant qu’on les retrouve aussi sous le nom de « corporate hackers ».

Des profils indispensables dans des périodes de crise et de changement


Curiosité, résilience, agilité, capacité d’adaptation et d’anticipation, facilité d’apprentissage, etc. Dans un contexte d’évolution rapide des métiers, de guerre des talents et d’une concurrence accrue, des profils pourvus de mad skills deviennent incontournables dans les entreprises. Ils leur permettent de se différencier. Pour celles qui sont en pleine transformation digitale, ils participent à la réussite de leur régénération. 

Comment mettre en avant les mad skills en entretien ?

Avant tout, le candidat doit s’assurer que l’entreprise briguée est réceptive aux profils dotés de mad skills. Il doit également s’interroger sur quel type de compétences vont lui apporter quelque chose. Pour cela, la culture de l’entreprise doit être connue.
Il faut noter qu’en France, ces compétences atypiques sont tout particulièrement convoitées par les entreprises de la Tech, les startups et les PME qui ont besoin d’innovation permanente et d’agilité. Ainsi, un fondateur de startup sera plus sensible à la mise en avant de l’expérience issue des échecs du candidat et de sa résilience qu’un PDG d’un grand groupe. 

Lors de l’entretien d’embauche, le candidat associera chaque mad skill à des qualités. Le sport va évoquer la persévérance, la ténacité. Les activités artistiques impliquent de la créativité, de l’innovation. Il expose l’énergie que lui donnent cette ou ces activités. Il affiche sa différence, l’assume, afin de montrer à l’employeur l’atout indéniable qu’il peut représenter pour l’entreprise. Bien entendu, sa différence ne doit avoir que du bon pour cette dernière. Il est bien de sortir du cadre, mais de manière mesurée. Son profil ne doit pas faire peur. 

Comment bien utiliser les mad skills dans un processus de recrutement ?

Il n’est pas forcément aisé pour un recruteur d’identifier les mad skills des candidats ni d’attirer les profils disruptifs. Pour cela, la marque employeur doit être attractive et les outils de recrutement s’adapter à cette nouvelle quête. 

Un recrutement innovant

 
Afin de mieux détecter les mad skills, l’expérience candidat doit évoluer. Pour cela, les procédures de recrutement doivent se transformer. Il existe plusieurs possibilités de le faire. L’entreprise peut par exemple mettre en place du « recrutainment », où recrutement et amusement se côtoient. Évènements sportifs, hackathons, déjeuners, escape games, les candidats y sont conviés et peuvent y échanger de manière informelle avec les salariés et les recruteurs.

Repenser le modèle hiérarchique et l’organisation du travail


Un système hiérarchique rigide et une organisation du travail qui ne l’est pas moins n’attirent pas les profils atypiques (et ne permettent pas leur développement en interne). Les entreprises fonctionnant sur le modèle agile sont bien plus attractives. Le modèle hiérarchique y est transversal, les décisions sont rapides et directes, la prise de risque et d’initiatives sont encouragées ainsi que l’autonomie. 

Ce qu’il faut retenir

Si vous êtes candidat, présenter une ou plusieurs mad skills n’est pas une garantie d’embauche. En effet, elles ne sont pas le premier critère de recrutement. Hard skills, soft skills et mad skills comptent toutes trois. Elles peuvent cependant faire la différence entre vous et un autre talent. Si vous êtes recruteur ou manager, penchez-vous sur le sujet. Les entreprises ont besoin de toujours plus de profils atypiques qui n’ont pas peur du changement, sont force de proposition, sont d’une grande adaptabilité et polyvalence. Il faut changer les mentalités et la culture managériale afin de reconnaître les mad skills comme une valeur forte. 

Date

29 septembre 2022

Rédigé par
Thomas Motti
Thomas Motti
Partager