webleads-tracker

Date

10 mai 2021

Catégorie

Recrutement tech

No Code, Low code : que faut-il en penser ?

No Code, Low code : que faut-il en penser ?

No Code, Low Code, dans le monde de la Tech, on entend de plus en plus parler d’outils qui permettraient de réaliser des produits informatiques… sans informatique ! La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid 19 a accentué cette tendance. Elle a en effet remis en cause le fonctionnement des entreprises qui ont dû se réorganiser et trouver des solutions digitales rapides à déployer et faciles à utiliser. Mais elle a aussi motivé de nombreuses personnes à entreprendre dans le domaine du digital.

Le No Code permet d’y parvenir sans faire appel à un développeur informatique. Comment fonctionne-t-il ? Quelle est la différence avec le Low Code avec lequel il est parfois confondu ? Le No Code marque-t-il le début d’une révolution dans le monde du développement ou présente-t-il des limites ? On vous donne notre avis sur le sujet ! 

Le No-Code, qu’est-ce que c’est ?

La promesse de départ du No Code est simple : permettre au commun des mortels de développer des outils informatiques sans avoir à écrire une seule ligne de code. L’outil No Code génère automatiquement le code nécessaire en lieu et place de l’utilisateur.

Construites sur des environnements de type PaaS (Platform as a service) ou SaaS (Software as a service) hébergées dans le Cloud, elles offrent la possibilité à tous de réaliser des sites web, des applications mobiles, des logiciels, des API, un chatbot, un jeu vidéo, des stratégies e-marketing, etc. La plupart du temps, via une interface utilisateur simple, l’utilisateur peut créer ce qu’il désire par le principe du glisser-déposer (drag and drop) à l’instar d’un Builder WordPress. Un tutoriel permet ainsi en quelques minutes, ou quelques heures tout au plus, de maîtriser l’outil.

Notons cependant que de très nombreux outils sont aujourd’hui estampillés “no code”. Ces solutions rassemblent alors des dispositifs bien différents dont la facilité d’utilisation est assez variable. Quand certains seront très simples d’utilisation (Wix, Shopify, Squarespace…), d’autres peuvent être plus complexes à manipuler (Zapier, ou a fortiori son concurrent Integromat, par exemple). Ils proposent chacun des fonctionnalités plus ou moins avancées.

Voici quelques-uns des outils No Code les plus populaires :

  • WordPress, l’outil No Code le plus connu de tous pour créer des sites web. Open source et gratuit, il bénéficie d’une énorme communauté et d’une grande documentation. On peut citer aussi Bubble, Carrd, Webflow, etc. ;
  • Adalo et Glide pour réaliser une application mobile ;
  • Buildbox ou Capterra pour créer un jeu vidéo ;
  • Chatfuel ou Crisp pour concevoir un chatbot ;
  • Mailchimp ou Sendinblue pour éditer des newsletters, mettre en œuvre des campagnes e-marketing ;
  • Airtable, Notion, Zapier, pour automatiser des tâches, ou optimiser ses projets.

Vous cherchez à recruter des profils tech ? 

No Code ou Low Code ?

Le terme No Code est parfois associé à celui de Low Code. Pourtant ils ne désignent pas la même chose et ne s’adressent pas aux mêmes utilisateurs. Si le No Code offre à tous la possibilité de créer des outils informatiques sans aucune notion de code, le Low Code, lui, cherche à limiter le recours au développement pour ceux qui savent coder ! Il permet de booster la productivité des équipes de développeurs en leur assurant d’avoir accès à des moyens de construire plus rapidement leurs produits numériques. 

Il est fréquent que ce qui est désigné sous le nom de No Code soit en fait du Low Code. En effet, il s’agit bien souvent d’outils qui nécessitent des notions de code (HTML, CSS, voire JS, Python ou SQL) pour parvenir à des résultats probants. Le Low Code permet aux développeurs d’intégrer des briques plus personnelles de code dans un environnement. 

Lightning de Salesforce, App Marker de Google, Quick Apps Designer d’Appian, Application Development de ServiceNow, sont de bons exemples de solutions Low Code.

Le No Code, une révolution…

Avec la pénurie de développeurs sur le marché, la transformation digitale des entreprises, le développement du télétravail, de l’auto-entrepreneuriat, de la vente en ligne, le No Code est une vraie révolution. Il répond aux besoins autant des entrepreneurs que des entreprises ou encore des particuliers. 

Il se distingue donc par de nombreux avantages :

Réduire ses coûts

En se passant d’une agence web et de développeurs, l’utilisateur maîtrise son budget. 

En effet, la plupart des outils No Code sont gratuits jusqu’à un certain niveau de fonctionnalités. 

Tester un projet, trouver son marché et le développer

Rapidement et sans utiliser trop de ressources, les solutions No Code permettent de

disposer d’outils numériques pertinents pour un projet dès sa naissance. 

Grâce à lui, le concepteur peut aisément générer ses premiers clients et/ou voir si le produit à un intérêt en le testant (Proof of concept). 

Si tel est le cas, l’outil No Code est la plupart du temps pensé pour faciliter le passage à l’échelle (scale). Ainsi, si le trafic augmente, les serveurs suivent. Il n’y a aucune gestion technique à prévoir, tout est pris en charge par la plateforme. 

Pour les startups qui ont besoin de mettre rapidement sur le marché des applications ou d’améliorer l’expérience client, ces solutions No Code sont idéales. Elles le font également pour les plus grandes entreprises qui peuvent vouloir tester une idée et sa pertinence rapidement, avant de l’industrialiser.

Développer l’autonomie des équipes

Au sein d’une entreprise, les outils No Code offrent la possibilité à certains services, comme le marketing, de mettre en œuvre leurs idées sans avoir à passer par des développeurs. Formulaires, pages web, etc. Ces équipes y gagnent en autonomie et en productivité

… et des limites

Les solutions No Code sont encore souvent limitées dans leurs fonctionnalités, mais aussi dans leur design. L’application ou le site web qu’elles permettent de réaliser ne seront pas personnalisés et risquent de ressembler à beaucoup d’autres. De plus, lors de leur création l’assemblage des briques est contraint par l’outil même et rend ainsi les projets moins flexibles. 

Par ailleurs, pour faire évoluer son outil, l’utilisateur dépend entièrement de la plateforme No Code choisie. Et l’éventuelle opération de migration des données vers une autre plateforme s’annonce parfois compliquée

Il faut noter aussi qu’il est important de rester vigilant en matière de sécurité. Les applications réalisées avec ces solutions, si elles sont vouées à être tournées vers l’extérieur, doivent soutenir les bonnes pratiques. Au même titre qu’une solution custom interne, elles doivent satisfaire les mêmes exigences en matière de chiffrement des données, de système d’autorisation et d’authentification, etc.

Qui plus est, la frontière No Code / Low Code est ténue, et mettre en œuvre un produit numérique abouti nécessite souvent de savoir développer. Le principe même du No Code perd ainsi de leur intérêt.

Trouver un développeur

Notre avis sur le No Code

Le No Code est une solution idéale pour tester rapidement la fiabilité et la viabilité de nouvelles idées, et mettre en route rapidement de nouveaux projets. Il est très utile aussi pour construire un projet d’envergure moyenne qui n’est pas voué à durer. Utilisé par les développeurs, il peut aussi leur permettre de se concentrer sur des tâches plus techniques. 

Cependant, si votre entreprise a besoin d’un outil numérique plus abouti, pour un projet à long terme, opter pour un développement sur mesure sera la solution à privilégier.

Date

10 mai 2021

Tags
Rédigé par
Thomas Motti
Thomas Motti

Partager