webleads-tracker

Date

11 août 2021

Catégorie

Nos conseils en recrutement

Recruteur tech : Comment rédiger un bon message d’approche ?

Recruteur tech : Comment rédiger un bon message d’approche ?

Commençons cet article par deux constats sans appel :

  • 70% des utilisateurs sont des candidats passifs (source LinkedIn) : ils ne sont pas en recherche active d’emploi mais peuvent être ouverts à de nouvelles opportunités.
  • Nous avons tous ou presque déjà reçu des messages d’approches, ou des mails de prospection qui ne donnaient absolument pas envie de répondre. 

Un message d’approche maladroit peut avoir de lourdes conséquences. Comment éviter la catastrophe ? Comment parvenir, au contraire, à attirer un candidat grâce à son message d’approche ? Comment maximiser vos chances de réponse sur des profils de tech ultra-sollicités ? De quelle façon approcher des profils rares et en tension ? 

Vous êtes recruteur, chasseur de tête, ou les métiers du recrutement vous intéressent ? Voici toutes les clés pour réussir dans cet exercice d’équilibriste qu’est la rédaction d’un bon teaser d’approche. 

Qu’est-ce qu’un message d’approche ? 

Votre message d’approche est votre tout premier contact avec un candidat potentiel. Celui-ci ne vous connaît pas. La première impression est donc capitale. L’objectif est simple : décrocher une réponse. Que celle-ci soit positive ou négative, d’ailleurs. Même si l’on préfèrera toujours, bien sûr, la première option. 

Vous contactez le candidat au vu de ses expériences professionnelles et des compétences mises en avant sur son profil LinkedIn, parce que celles-ci correspondent au poste pour lequel vous recrutez. Sur des postes en tension, votre message d’approche est donc un instrument stratégique.

Être accompagné sur l’approche directe de vos candidats

De quels éléments essentiels votre message d’approche doit-il être composé  ? 

Une bonne accroche

Tout se joue dès les premiers mots. Ce sont les plus importants : ce sont eux qui sauront, ou non, capter l’attention du candidat. Et trouver ces mots magiques n’a rien d’une évidence. Le ton, original ou formel, devra par exemple être adapté en fonction de votre candidat cible et du poste concerné.

Un message personnalisé 

Se renseigner sur les passions et intérêts d’un candidat est une étape incontournable surtout sur des profils rares et en tension. Le candidat se sentira impliqué et donc réellement concerné par votre message d’annonce. 

Cela peut paraître évident, mais mérite d’être rappelé : fuyez à tout prix les messages automatiques « bateaux » similaires aux dizaines d’autres que les candidats peuvent recevoir chaque mois. 

Un ton adapté 

Important : adaptez toujours le ton de votre message en fonction du profil du candidat. Sur un profil tech, il est important de maîtriser le profil recherché et les missions que vous allez aborder, et d’adopter le même langage qu’un expert métier. 

Les informations pertinentes 

Chaque mot doit être pesé et sous-pesé : pas question d’en gaspiller un seul au service d’une information non essentielle. Allez donc droit au but, et mentionnez les informations clés sur le poste, l’entreprise. Pour attirer l’attention sur l’entreprise pour laquelle vous recrutez, lorsque celle-ci peut être citée, n’hésitez pas à joindre un lien vers son site web. Ainsi, vous “mâchez” en partie le travail pour le candidat, qui n’aura pas à effectuer la recherche de son côté.

Relisez-vous 

La moindre erreur peut être fatale ! Relire et faire relire vos teasers d’approche par des pairs (aka d’autres chasseurs de tête de votre cabinet)vous évitera de vous tromper de prénom ou de laisser des fautes d’orthographe qui pourraient nuire à votre crédibilité. 

Un message pas trop long

Une fois encore, mieux vaut garder en tête que les candidats que vous approchez ne vous connaissent pas. Personne n’a envie de lire un message fleuve d’un parfait inconnu. Personne.

Et cela est confirmé par les chiffres.

Voici les taux de réponse en fonction de la taille du message d’approche :

  •  Les messages de moins de 300 caractères : 29,35%
  •  Les messages compris entre 300 et 500 caractères : 21,08%
  •  Les messages compris entre 500 et 1000 caractères : 18,97%
  •  Les messages de plus de 1000 caractères : 16,79%

(Chiffres issue d’une étude menée par ProspectIn sur 6 millions de messages avec 4 longueurs différentes.)

Le constat est sans appel : mieux vaut rester simple et concis en orientant votre message sous un angle spécifique qui parlera à votre candidat ! 

Soyez originaux

N’hésitez pas à faire preuve d’originalité dans votre message. Évoquez une passion commune avec le candidat, essayez l’humour : tout sera bon pour vous démarquer positivement, et ainsi capter l’attention et rester en mémoire.

Une autre carte qu’il est intéressant de jouer, trop souvent négligée ? Multiplier les points de contacts. Doublez votre message LinkedIn d’un mail, au cas où le candidat ne consulterait jamais sa messagerie LinkedIn. Appelez les candidats qui ne vous ont pas répondu, pour leur présenter l’opportunité de vive voix, et être aussitôt fixés. 

Vous souhaitez envoyer un courrier postal à vos candidats pour un poste C-Level ? Pourquoi pas !

En un mot : c’est à vous de jouer, soyez originaux ! 

Les erreurs à absolument éviter

Le message parfait n’existe pas ! 

Cependant, quelques écueils sont à éviter à tout prix. 

  • Évitez le copier/coller à chaque candidat.
  • Ne pas “sur-complimenter” un candidat au risque qu’il trouve que votre démarche sonne faux. 
  • Ne parlez pas de votre entreprise tout de suite, mettez plutôt en avant les missions du poste.
  • N’utilisez pas de mots trop “putaclics” comme “cadeau” ou “urgent”, qui pourraient agir comme des repoussoirs.

Surtout, c’est en essayant que l’on s’améliore ! Pour écrire un message qui fonctionne, il faut essayer, tester et comprendre ce qui fonctionne (ou non) pour adapter vos futurs messages.

Date

11 août 2021

Tags
Rédigé par
Thomas Motti
Thomas Motti

Partager